Publié le

De rouille et d’os

Un mélange entre Intouchables et Sauvez Willy ? Y a de ça. Est-ce qu’on va encore voir Marion Cotillard à poil ? Oui. Est-ce qu’elle a appris à jouer ? Non. Est-ce le meilleur film d’Audiard ? Non, surement son plus mauvais.

Pourquoi ?

Commençons par dire de quoi il s’agit.

De rouille et d’os est un film franco-belge de Jacques Audiard sorti le 17 mai 2012, un jeudi. C’est le sixième long métrage du fils de Michel Audiard après Regarde les hommes tomber en 1994,
Un héros très discret en 1996, Sur mes lèvres, en 2001, De battre mon cœur s’est arrêté en 2005 et
Un prophète en 2009.

Le scénario est l’adaptation du recueil de nouvelles Rust and Bone de l’écrivain canadien Craig Davidson.

Un mot sur le recueil de nouvelles de Davidson

Le recueil de Davidson est composé de plusieurs nouvelles. Dans l’une un boxeur clandestin aux mains broyées continue de se battre pour se racheter aux yeux de sa famille, un autre est devenu entraineur en Thaïlande pour fuir l’homicide involontaire qu’il a provoqué sur un ring il y a plusieurs années. Un coureur de jupons officiant dans un marineland se fait croquer une jambe par un orque lors d’un spectacle, un père de famille obsédé sexuel est devenu acteur porno par souci d’honnêteté envers ses proches, un père alcoolique qui a puni son fils à briller en NBA, un homme stérile et sa femme qui font combattre des chiens qu’ils aiment pourtant, un employé d’huissier chargé de récupérer les biens des mauvais payeurs rencontre le réalisateur d’une série pour enfant mettant en scène de petits animaux dans le mobil home qu’il doit lui reprendre, un frère et une sœur assistants de leur père magicien qui profite d’un numéro de disparition pour les abandonner.

Le réalisateur et scénariste Thomas Bidegain a mélangé toutes ces nouvelles en les modifiant en grande partie. Ici, Ali (pourquoi s’appelle-t-il Ali ? Parce que c’est un boxeur ?), interprété par Matthias Schoenaerts qu’on a pu voir dans Rundskop, jeune marginal sans le sou, rencontre Stéphanie (Marion Cotillard), dresseuse d’orques au parc aquatique d’Antibes, qui sera victime d’un accident la privant de ses jambes. Ainsi Thomas Bidegain change le sexe du coureur de juppons travaillant à marineland et lui fait perdre deux jambes au lieu d’une. L’histoire est transférée en France, (les scènes avec les orques sont tournées au marineland d’Antibes), et on se demande pourquoi des acteurs belges (Schoenarts et Lanners) ont été choisis. L’enfant reste dans le coma dans la nouvelle, pas dans le film. Une happy end.

ça donne quoi ? ça donne un film froid et artificiel, sans vie, les émotions ne passent pas « Mais quest ce que vous avez fait de mes jambes ? » On y croit pas une seconde. Le film avait un potentiel, mais il est raté. Lui préférer Crash de David Cronenberg.

De rouille et d’os

avec

Marion Cotillard : Stéphanie
Matthias Schoenaerts : Ali
Bouli Lanners : Martial
Céline Sallette : Louise
Corinne Masiero : Anna
Armand Verdure : Sam
Alex Martin : rôle inconnu
Tibo Vandenborre : rôle inconnu
Sophie Mancaruso : une caissière
Annie Betti : une passante
Loubna Satori : une passante
Youssef Nooman : un kinésithérapeute
Germain Capitelli : un kinésithérapeute

Le film a reçu un excellent accueil critique de la part de médias très variés, se voyant notamment octroyer la distinction suprême par des journaux comme le Journal du dimanche, le Nouvel Observateur, les Inrockuptibles ou encore Première, avec une note moyenne finale de 4,4/5 selon le site AlloCiné. On se demande pourquoi !

Il est par ailleurs présenté en compétition officielle pour le Festival de Cannes 2012 au milieu de films qui ont l’air beaucoup plus intéressants.

Le film a notamment été comparé à Intouchables sorti l’année précédente et ayant réuni plus de 19 millions de spectateurs, car mettant tous deux en scène le handicap moteur. Même Intouchables est plus réussi que ce film. Sur le handicap leur préférer Hasta la vista et l’extraordinaire Oasis.

Lors de sa première semaine d’exploitation, il réalise un excellent démarrage avec 651 578 entrées la première semaine prenant la première place du box-office. Comment expliquer ce succès ?

Bon, si vous voulez quand même le voir, allez y, ou demandez à un ami de vous le prêter …

Voici la bande annonce :

Publicités

Une réponse à “De rouille et d’os

  1. Pingback: Burning Man « La Caverne [σπήλαιον]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s