Publié le

Pariah

Pariah c’est un petit film indépendant qu’on doit à Dee Rees qui a déjà réalisé Eventual Salvation en 2008. Ça parle d’une jeune fille noire Lee, ou Alike qui découvre sa sexualité. Elle est attirée par les filles et fréquente les boites lesbiennes en compagnie de Laura, sa meilleure amie, lesbienne elle aussi. Mais si Laura assume son homosexualité, ce n’est pas le cas d’Alike. Celle-ci se change tous les matins dans les toilettes de l’école pour s’habiller comme elle le souhaite. Sa mère surprotectrice et sévère voudrait qu’elle s’habille de manière plus féminine et n’aime pas qu’elle fréquente Laura.

Alike demande à Laura de lui acheter un gode ceinture, et l’essaie, sa sœur rentre dans la pièce à ce moment là et Alike lui demande de ne le répéter à personne. Alike enfile le gode ceinture par dessus son caleçon, enfile un pantalon et se rend dans une boite lesbienne en compagnie de Laura, mais elle est gênée par l’objet et elle finit par s’en aller sans avoir pu l’utiliser. De retour à la maison elle jette le gode ceinture à la poubelle.

Le père d’Alike est flic. Il n’est pas souvent à la maison. Sa mère ne veut plus qu’Alike sorte avec Laura, et lui demande de l’accompagner à la messe et de mettre une jupe. À la sortie de la messe elle rencontre une collègue accompagnée de sa fille Bina et propose qu’Alike fasse le chemin avec elle pour se rendre au lycée. Alike accepte à contrecœur. Au début elle se force à fréquenter Bina, comme le veut sa mère, mais elles finissent par bien s’entendre. Bina l’invite chez elle et finit par l’embrasser. Alike est gênée et s’en va. Le lendemain elle va s’excuser auprès de Bina et elles passent une soirée ensemble qui lui permet de faire l’amour avec une fille pour la première fois. Elle est enfin sure de son attirance pour les filles. Malheureusement pour Alike, ce n’était qu’un jeu pour Bina qui voulait simplement avoir une expérience homosexuelle.

Alike est triste mais trouve du réconfort dans les bras de sa meilleure amie Laura.

Le père d’Alike trompe sa mère, et celle-ci finit par s’en rendre compte, et c’est lors d’une scène de ménage qu’Alike va avouer à ses parents son homosexualité. Sa mère va réagir de manière violente et le père va s’interposer. Alike s’enfuit chez Laura. Elle décide de quitter le domicile familial et de poursuivre des études dans une autre ville. Elle demande l’autorisation à son père qui accepte. Elle essaie de parler à sa mère avant de partir, mais celle-ci la considère comme une étrangère et lui dit qu’elle va prier pour elle.

Alike prend le bus et s’en va. Elle dit qu’elle ne fuit pas, mais qu’elle fait simplement un choix de vie.

Pariah est un film sur l’homosexualité et son acceptation, d’un point de vue féminin et dans un milieu afro-américain. Le film ne s’adresse pas à un public lesbien, comme ça pouvait être le cas dans des séries comme The L Word ou Lip Service, mais à un large public. Comme on peut le voir, le scénario est simple, mais ça fonctionne, et la qualité de réalisation est la. Ça n’en fait pas une œuvre majeure, mais un film engagé de bonne qualité.
Pariah, de Dee Rees avec

Adepero Oduye : Alike
Aasha Davis : Bina
Charles Parnell : Arthur
Kim Wayans : Audrey
Pernell Walker : Laura
Sahra Mellesse : Sharonda

Bande annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s